Le festival des globe-trotters ABM

Dimanche 30 septembre 2018

Film de Sarah Del Ben (52')
François Bernard dit "Ben" est guide de haute montagne, guide polaire, photographe et...capitaine de l'Atka, voilier polaire d'expédition. Un voilier destiné à réaliser des rêves et à offrir à chacun la possibilité de découvrir les terres mythiques de l'Arctique. Un voilier pour donner vie à des projets artistiques... et humains, avant tout.

Il est des expéditions qui ne peuvent susciter qu'admiration, enthousiasme et émotions. C'est à travers le très beau film "Capitaine de l'utopie" que la réalisatrice Sarah Del Ben nous emmène à la rencontre de Ben, de son fils Baptiste et de l'Atka. A la rencontre de ce capitaine à la personnalité humble et attachante qui se démène pour donner vie à des projets d'aventures collectives où la relation humaine est sublimée.

Des projets qui rassemblent avant tout des hommes et des femmes, sportifs, artistes, engagés, unis pour donner à rêver, ensemble.

Film de David Scholl (52')
Deux aventuriers tentent la première traversée Nord-Sud de l’île de Nouvelle-Guinée dans sa partie indonésienne. Plus de 650km et deux mois de voyage à travers forêts primaires, marécages et montagnes. Mais outre le coté sportif et exploratoire, c'est surtout leurs rencontres avec les habitants dont le mode de vie est en train de changer à une vitesse fulgurante qui donne tout son sens à ce film. La fabrication des haches de pierre et beaucoup d'autres traditions millénaires sont en train de disparaître avec les derniers résistants d'une époque révolue.

Film d'Adeline Reynouard et Olivier Godin (50')

 Qui a dit que l'arrivée d'un bébé sonnait la fin des rêves d'aventure ? Certainement pas Adeline Reynouard et Olivier Godin. Ce couple de Lyonnais s'est lancé un défi hors du commun : parcourir les 4400 km de la plus longue piste de VTT du monde avec, dans leur remorque, Axel, leur bébé de 10 mois. Une expérience familiale unique au cœur des montagnes Rocheuses, au Canada et aux Etats-Unis, qu’ils racontent comme au coin du feu dans un film baptisé : Prends ma roue ! 50 minutes d’histoires authentiques du grand Ouest, de paysages époustouflants, de rencontres, d’effort et de complicité qui vous donneront envie de tailler la route à vélo.

avec Sylvain Liard
Mathieu et Sylvain deux explorateurs, musiciens et filmmaker français, décident de suivre la mythique route de la Soie, qui les amène depuis l’Inde en direction de leur terre d’origine en France à moto.
Plus qu’une aventure, c’est une mission socioculturelle qui les mène alors à la rencontre des enfants issus de milieux défavorisés tout au long de leur périple. Musiciens depuis leur plus jeune âge, équipés de microphones et caméras, les deux aventuriers enregistrent eux-mêmes les chants traditionnels rythmant les chemins escarpés qu’ils empruntent.
Avides de découvertes et déterminés, ils traversent 17 pays aux guidons de deux anciennes motos indiennes. Des hautes montagnes Kirghiz à l’interminable désert Ouzbek en passant par Istanbul, c’est une véritable diversité de reliefs, d’odeurs et de couleurs qui les guident au fil des kilomètres.
Un film de Jacques Ducoin (35')

Attiré par le Grand Nord et les espaces sauvages, Jacques Ducoin aime y rencontrer les peuples qui y survivent. Ses derniers voyages l'ont récemment menés au Taïmyr, à l'extrême nord de la Sibérie. Il y a rencontré les Dolganes, un des derniers peuples éleveurs de rennes, qui sont à peine 250 à vivre traditionnellement dans un territoire grand comme la France. En avril ou mai, avant le dégel du fleuve Khatanga, trop dangereux à traverser pour les animaux, les Dolganes accompagnent leur troupeau vers le nord pour l'été ou ils trouveront moins de moustiques et plus de nourriture. Ils sont les seuls à se déplacer avec des "baloks", sortes de cabanes en armature de bois isolées avec des peaux de rennes, montées sur de grands traîneaux tirés par des rennes. Un grand moment d'aventure à partager, avec des images magnifiques que l'on n'a pas souvent l'habitude de voir.

Film de fred Cebron (100')
Une famille, un camion en guise de maison, déjà 6 ans et 56 pays visités, Fred, Laure, Martin et Chine poursuivent leur tour du monde à la rencontre de celles et ceux qui réconcilient l’homme et la nature.
En réalisant le rêve de nombreuses familles, ils prouvent qu’il est encore possible de « faire la route » et d’emmener ses enfants visiter tous les pays, même les plus improbables…

Réalisation numérique de Jean-Claude Bossard (60')
Parti de Normandie, Jean-Claude a parcouru la terre durant un an « Le tour du monde fait 40 000 km. J'ai dû en faire 80 000. »

Ce qui est sûr, c'est que sa pérégrination de 366 jours, année bissextile le permettant, lui aura fait voir « seize pays » et passer des « - 30 °C, la nuit, en camping, sur le lac Baïkal, à 43 °C à Buenos Aires ». Il dit « les avoir tous aimés », ces pays. Comme « les rencontres ».

Ce qu'il allait chercher ? « J'ai réalisé un rêve. » Les photos sont en mémoire, au nombre de « 4 000 à 5 000 ». Les souvenirs restent en tête, dont ceux de « de Mongolie, j'ai adoré », qui lui ont permis de partager avec les éleveurs de yacks, sous les yourtes. Mais aussi « le lac Baïkal, le Transsibérien ». Et « le plus passionnant : la constance de l'accueil des peuples indigènes », ou « dans les auberges de jeunesse », avec d'autres globe-trotters. 

« Je voulais voir ce qu'il y a de plus beau »

À Nouméa, il a acheté un vélo, pour aller chez les Canaques. Parce que « si tu arrives en 4x4, tu risques de recevoir des cailloux ». Il a vécu, avec eux, « un mariage et un baptême ». Dans le défilé des images fortes, Jean-Claude énumère « le Yunnan », malgré les problèmes langue. Et aussi, « après une semaine de bus », le tout bout de l'Amérique, à la toute fin du Chili.

« La randonnée au niveau mondial, c'est une façon de découvrir et la meilleure pour rencontrer. Je voulais voir ce qu'il y a de plus beau. »

Film de Graziella et Angelo Lunetta (45')

Un voyage en Papouasie est un choc des cultures, et un voyage dans le temps car l’île demeure l'un des derniers pays peu  inexplorés, offrant encore une part d'émerveillement et de mystère.

Aller en Papouasie-Nouvelle-Guinée, c'est voyager hors des sentiers battus, c'est aller à la rencontre des tribus primaires et découvrir une culture riche encore méconnue. Le long du fleuve Sépik existent encore des cérémonies sacrées quasi confidentielles et  dans les maisons des esprits qui restent l’endroit le plus important du village s’expose l’art papou qui a pour but de transmettre un message universel au monde. Les festivals ou Sing Sing offrent une autre opportunité d’approcher cette culture de plus près. Les  tribus des toute la Papouasie Nouvelle Guinée se donnent rendez vous à Goroka ou ailleurs pour, avec une fierté légitime, montrer leurs splendides tenues, maquillage, et bijoux. Les  chorégraphies  rappellent les anciennes danses tribales et sont un vecteur de force permettant à chaque communauté de s’affirmer en tant que groupe ethnique et vers toute la société.

Découvrir  la Papouasie Nouvelle Guinée c’est entrer en contact avec une population, vivant dans un monde à part, dans un cadre naturel sauvage et authentique, en harmonie avec leur environnement, et dans le respect de traditions ancestrales

réalisation numérique de Claudette Thomas.

Désordre insensé de dunes, horizons de pierres perforées, vestiges de civilisations disparues, soleil implacable, froid glacial, silence absolu, les déserts fascinent...

Mongolie, Mauritanie, Égypte, Jordanie, Soudan... un voyage qui nous conduit sur des terres de démesure où des hommes tentent de survivre dans un environnement hostile mais terriblement beau.

Réalisation numérique de Marie-Paule rescan

Terre de l’olivier millénaire, située entre le Nil et la Mésopotamie, la Palestine est une région qui a connu la domination de nombreux empires et brassé beaucoup  de peuples. Située au carrefour des religions  monothéistes, elle offre de nombreux sites à découvrir. Un voyage dans cette région est une expérience de vie  où culture, nature, histoire et actualités s’entremêlent pour offrir un séjour aux multiples facettes.

L’approche de la société palestinienne apporte un regard privilégié sur sa richesse culturelle, sur ses réalités quotidiennes et permet d’aborder les problématiques qui l’animent. Le rameau d’olivier redevient le symbole d’un avenir différent, pacifique, éclairé par l’espoir.

Réalisation numérique de Yannick et Patrick Séveque (53')

Située au sud de l’équateur, dans l’océan Indien, Madagascar est la cinquième île du monde en superficie.
Nous l’avons traversé de d’Est en Ouest en passant par les Hautes Terres au cœur de paysages des plus beaux d’Afrique avec leurs rizières en escaliers et les collines rougies par la latérite.

En empruntant la fameuse R.N 7, nous découvrirons des villages authentiques où la vie  rurale est rude pour ses habitants. La visite des parcs naturels sera pour nous l’occasion de découvrir plusieurs espèces de lémuriens et la célèbre allée des baobabs au coucher du soleil.

avec Katia Astafieff

Voyager seule est un rêve pour certaines, une habitude pour d’autres.

Celles qui ont déjà pris la route en solitaire ont entendre dire mille fois : « et vous n’avez pas peur ? ». Pourtant, les problèmes sont rares, à condition de partir (pas forcément trop préparée) avec un minimum de bon sens.

Voici un témoignage de voyages en solo au féminin dans différents pays : Mongolie, Russie, Panama, etc.

Mais ça marche aussi… quand on est grand, brun… et pas trop aventureux !

Katia Astafieff a parcouru une cinquantaine de pays en solo. Elle est l'auteure de Comment voyager seule quand on est petite, blonde et aventureuse.

http://www.katia-astafieff.fr

logo abmUn événement organisé par ABM Aventure du Bout du Monde